Calendrier

Novembre   2020
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Connexion

Novembre 2020

Exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France : bilan 2019

Comme chaque année et de par ses missions, l’IRSN publie l’état de l’exposition professionnelle des travailleurs en France.

En 2019, 395 000 travailleurs ont été suivis pour leur exposition aux rayonnements ionisants du fait de leur activité. Cet effectif a augmenté de 1,2 % par rapport à 2018.

La dose collective pour l’ensemble des travailleurs suivis a augmenté de 8 % par rapport à 2018. Cette augmentation est liée principalement au volume accru des travaux de maintenance dans l’industrie nucléaire, et à l’augmentation des doses reçues par le personnel navigant exposé au rayonnement cosmique, en lien notamment avec le cycle de l’activité solaire.

La dose individuelle moyenne est, elle aussi, en augmentation par rapport à 2018, se situant à 1,20 mSv (1,12 mSv en 2018). Plus de 91 % des travailleurs suivis ont reçu une dose annuelle inférieure à 1 mSv[2].

Des dépassements de la limite annuelle réglementaire de 20 mSv ont été enregistrés pour 5 travailleurs (10 en 2018).

Ce qui n’est pas forcément dit, c’est que 76 % des personnes surveillées ont des doses inférieures aux limites de détection que l’on peut estimer à 200 µSv par an (50 µSv fois 4 trimestres). A noter aussi que 91 % des personnes surveillées reçoivent une dose inférieure à la limite publique ! Et 0,7 % de l’effectif a une dose supérieure à 5 mSv.

Pour ceux qui veulent bien porter des dosimètres bien entendu !

Si on relie ça avec la diminution de médecins du travail, comment va-t-on assurer le suivi individuel renforcé ?

Comme dirait un humoriste que nous aimons bien (Gustave Parking) : Je vous laisse réfléchir là-dessus !

Autres points d’interrogations (habituels) à la lecture de ce document :

- Effectif ayant enregistré une dose individuelle annuelle aux extrémités ≥ 500 mSv : 1 travailleur. Euh ??? Désolé mais nous n’y croyons pas un seul instant. Encore faudrait-il porter des dosimètres extrémités.

- Effectif ayant enregistré une dose efficace engagée ≥ 1 mSv : 9 travailleurs. Euh ?? Désolé encore. Mais encore faudrait-il faire des examens radiotoxicologiques ou anthroporadiamétriques pour avoir une idée réelle de la situation.

Je vous laisse réfléchir là-dessus !

A noter un petit focus thématique sur quelques activités :

L’exposition des travailleurs dans le secteur du transport de matières radioactives

L’IRSN relève aussi que les travailleurs les plus exposés en moyenne sont ceux transportant des sources à usage médical. Ces deux dernières années, trois cas de dépassement de la limite réglementaire de 20 mSv ont été enregistrés pour ces travailleurs. Aussi, l’IRSN porte une attention particulière aux évènements significatifs déclarés par ces transporteurs, notamment aux dispositions correctives retenues pour éviter de telles situations.

L’exposition des travailleurs du secteur du démantèlement

Les travailleurs identifiés comme étant intervenus sur l’un des trois sites en démantèlement suivants : les installations nucléaires de base (INB) n°165 et n°166 du CEA de Fontenay-aux-Roses, la centrale nucléaire EDF de Chooz A et les ateliers rattachés à l’usine UP2-400 du site ORANO de La Hague ont des risques d’exposition interne.

Les résultats du suivi de l’exposition interne sont positifs pour 8 % des travailleurs ayant fait l’objet de ce suivi, contre 0,4 % tous secteurs confondus du domaine nucléaire.

Campagne de mesure du tritium

L’ASN et l’IRSN annoncent sur leurs sites le début d’une campagne de prélèvements et de mesures des activités en tritium des eaux de la Loire, au niveau du pont Cessart, situé sur la commune de Saumur (49).

On se souvient de l’émoi dans la presse, en juillet 2019, de la contamination tritium dans la Loire… Cela faisait suite à la publication par l’Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO), le 18 juin 2019, des résultats d’une campagne de mesures citoyennes dans la Loire et la Vienne.

C’est surtout le relai via les réseaux sociaux qui avait provoqué une espèce de panique par rapport aux informations publiées. On doit le constater encore plus amèrement aujourd’hui après ce tragique 16 octobre. Il existe un réel effet néfaste de ces réseaux et des idées véhiculées sans aucun contrôle.

Nous verrons ce que donne cette campagne de mesures.

Réglementation

Alléluia ! Nous avons vu arriver l’arrêté du 23 octobre 2020 relatif aux mesurages réalisés dans le cadre de l’évaluation des risques et aux vérifications de l’efficacité des moyens de prévention mis en place dans le cadre de la protection des travailleurs contre les risques dus aux rayonnements ionisants (publication au JO du 27 octobre). Nous avons immédiatement entrepris l’analyse du texte de manière poussée, analyse maintenant disponible sur notre site.

Un autre arrêté est également paru : l'arrêté du 26 octobre 2020 relatif à la communication des résultats de l'analyse des dispositifs de mesure intégrée du radon et des données associées à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.

Tête de Gondole

Logo Resalor

Parce que le forum vaut bien un dernier coup de pub...

 

La gazette du Cirkus

Vous souhaitez être tenu au courant de l'actu du RP Cirkus et recevoir directement nos infos ? Inscrivez vous à notre Newsletters

S'abonner